Anthony Pym

_Home

_Video material
_Agenda


Pour une éthique du traducteur

Artois Presses Université  
Presses de l'Université d'Ottawa  
ISBN 2-7603-0460-4 
ISBN 2-910663-15-9 – 1997. Broché, 16x24, 160 pages 18.29 €
A bit cheaper at Amazon.

English translation as On Translator Ethics (2012).

Ce livre reprend un séminaire donné au Collège International de Philosophie. À la traditionnelle question « comment faut-il traduire ? », l’auteur répond par une autre problématique: « faut-il traduire ? ». En effet, si l’on sait pourquoi traduire, on sait comment traduire. Cela permet une approche qui propose une pensée au lieu d’imposer des lois, qui travaille à partir de l’interculturalité du traducteur et non pas sur la base de l’évaluation linguistique des traductions, et qui s’adresse à la complexité irréductible de chaque situation au lieu de prétendre régler une fois pour toutes le comportement de l’ensemble des traducteurs. Dans cet esprit, l’auteur propose une relecture critique de Schleiermacher, une analyse mytho-philosophique du héraut chez Hérodote, ainsi que des chapitres sur la responsabilité du traducteur et la causalité du traduire, dans lesquels il situe et intègre bon nombre de théories contemporaines (approches descriptives, Skopos, Venuti). Les anecdotes historiques et fictives qui illustrent ces propos visent à raviver la pensée éthique, trop souvent mise à l’écart par la traductologie actuelle.

   

Table des matières 

Introduction    
Avertissement   
   
1. Les Blendlinge  : sang-mêlés ou enfants naturels?  
 Les risques de la relecture de Schleiermacher   
 Le binarisme en théorie de la traduction   
 La métaphore et ses stratégies   
 L’appartenance ou la « ligne la plus fine »   
 Blendlinge et termes associés   
 Le bon traducteur selon Schleiermacher   
 L’exclusion des Blendlinge    
 La logique du « ou/ou »    
 Les traducteurs comme Blendlinge   

2.  Les hérauts    
 L’histoire de Sperthias et de Boulius   
 Choses et vie chez Hérodote   
 Survie, bonheur, individualisme, et autres   
 Jacobi prend la défense des Spartiates    
 Hegel répond   
 La réponse au satrape   
 La décision de Xerxès   
 Eléments pour une décision interculturelle   
 Pourquoi le traducteur est plus que héraut   

3.  La responsabilité    
 La responsabilité comme base de l’éthique   
 La responsabilité du traducteur a son espace   
 Cet espace appelle une éthique particulière   
 Le traducteur n’est pas n’importe qui   
 Trois espaces pour situer l’exclusivisme du traducteur   
 Le traducteur n’est pas uniformément présent sur les trois espaces    
 La traduction : acte de traduire   
 Une traduction : texte achevé    
 La traduction traductionnelle : un texte reçu comme tel   
 Un exemple historique   
 Responsabilité envers les choses   
 Responsabilité envers le client   
 Responsabilité envers la profession   

4.  La causalité    
 La vanité des contextes   
 Les quatre causes   
 Privilège de la source   
 Privilège de la finalité   
 Privilège de la forme   
 Privilège du traducteur   
 Responsabilité et causalité multiple   
 Le moment idéal   
 Faut-il traduire ?   
 Il s’agit de traducteurs, au pluriel   

5.  La coopération    
 Question d’effort   
 Encore : Faut-il traduire ?   
 Un modèle de coopération   
 Limites de la coopération   
 Analyse du coût de transaction   
 La traduction comme coût de transaction   
 Le coût de la traduction et l’importance des enjeux culturels   
 La traduction comme moyen de régler le coût de transaction   
 Coût de la traduction et coût de l’évaluation   
 Bonheur et équivalence, coûte que coûte ?   
 Le traducteur n’est pas négociateur   
 La traduction et l’apprentissage des langues   
 Encore : les intérêts du traducteur    
 Horreur du commerce   
  
6.  Principes pour une éthique du traducteur    

Bibliographie  





 

 

 




 

© Anthony Pym 2015
URV. Av. Catalunya, 35
45002 Tarragona, Spain
Fax: + 34 977 299 488